Poster un commentaire

Noémi Souvestre ép Lesbazeilles 1834-1887

 

Noémi Souvestre naît à Brest le 9 février 1834.

Signent l’acte d’état civil des cousins Carof. Guillaume François 49 ans est employé de la Recette générale et Gilbert 22 ans est professeur de mathématiques. La grand-mère paternelle de Noémi est venue de Morlaix et appose aussi sa signature un peu tremblée sur le document. Emile se déclare alors « avocat » mais il n’exerce pas longtemps cette profession occupant un poste de journaliste puis d’enseignant et directeur d’établissement.

La famille Carof est apparentée aux Pinchon et les liens familiaux jouent un très grand rôle.

Les parents de Noémi sont installés dans la ville de Brest depuis l’automne 1832 et ils y ont retrouvé des amis et parents d’Emile mais l’écrivain se sent loin des milieux littéraires et ne s’y plait pas vraiment de plus le climat ne convient pas à sa santé. En janvier 1836 les Souvestre partent pour Mulhouse mais ils n’y restent pas longtemps car à l’automne ils gagnent Paris.

La jeune Noémi ressemble physiquement à Nanine Papot-Souvestre, sa mère, et est de caractère facile.

Elle apprend l’anglais et l’allemand et est aussi une bonne musicienne.

En 1852, elle épouse Eugène Lesbazeilles, secrétaire de son père.

La famille s’installe à Versailles où Eugène a trouvé un emploi à la bibliothèque de la ville. Ils ont quatre enfants dont l’un décède jeune.

Paul, le garçon survivant, est fréquemment souffrant et dépressif mais il fait des études littéraires brillantes.

L’aînée des filles, Suzanne se marie avec un jeune homme d’ascendance écossaise mais vivant en France, en Sologne. Ils ont un premier enfant, Robert, malheureusement Suzanne meurt deux ans après, en 1876.

Madeleine, la dernière des enfants, épouse un médecin, André Boutarel et ils ont cinq enfants.

E. Lesbazeilles est de religion réformée et nombre de leurs amis aussi. Selon Guieysse, Noémi se convertit au protestantisme à la fin de sa vie mais il dit la même chose pour Souvestre père alors que cela n’est nullement confirmé par ses autres amis.

Noémi est connue pour la traduction qu’elle fit de l’ouvrage  Jane Eyre parue en 1853, reconnue de qualité et rééditée à de nombreuses reprises,  mais ensuite son nom n’apparaît plus du tout.

La famille habite à Versailles.

Noémi meurt en 1902. Elle repose au cimetière Notre-Dame de Versailles aux côtés de sa fille Madeleine. Son époux, Eugène mort le 12 juin 1904,  est dans une autre tombe non loin d’elle mais non identifiée.

 Versailles cimetière Notre-Dame  tombe Noémi Souvestre et Madeleine Lesbazeilles photo M-F Bastit 2014

Versailles cimetière Notre-Dame tombe Noémi Souvestre et Madeleine Lesbazeilles photo M-F Bastit 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s